Imprimer

picto Un chien dans le troupeau : Enjeux techniques et sanitaires


Le chien de troupeau correctement dressé permet de diminuer  la pénibilité du travail et de gagner du temps dans la manipulation des moutons et bovins (mais aussi chevaux, volailles, porcs…). Il facilite les déplacements des animaux, leur embarquement, le passage par les installations de contention… Bref il évite de nombreuses situations à risque pour l’éleveur tout en limitant le stress du troupeau.

En temps de travail, un chien (mobile, rapide et toujours prêt !) représenterait l’équivalent d’un mi-temps !  Néanmoins, c’est un auxiliaire qui demande de l’attention et un minimum de précautions.


  • Le Border Collie reste la référence...
  • Mais un dressage sérieux...
  • ...est indispensable pour obtenir des résultats.

Comment choisir et dresser son chien de troupeau ?

On préfèrera évidemment des races bergères (la réputation du Border Collie n’est plus à faire) et des lignées de travail reconnues. Le chiot adopté dès l’âge de 2 mois, identifié, régulièrement vacciné et déparasité, recevra une éducation aux ordres simples mais un dressage au travail de troupeau proprement dit reste indispensable ! L’instinct, fût-il canalisé, ou le placement précoce du chiot dans l’étable ne suffisent jamais !


Comment maintenir le chien de troupeau en bonne santé ?

Il est important de donner au chien de travail une alimentation énergétique et de bonne qualité.

En plus des vaccinations habituellement recommandées chez le chien, les vaccinations contre la rage, la leptospirose (transmise par l’urine de rongeurs), la piroplasmose (transmise par les tiques) et parfois contre le tétanos peuvent sauver la vie de ces chiens qui vivent continuellement dehors. Parlez-en à votre vétérinaire qui connaît le contexte local !

Vermifugez 3 à 4 fois par an (contre les ténias) et luttez contre les tiques avec un  produit très rémanent.


Le chien, au contact du troupeau, présente quelques risques sanitaires à connaître.

Quels sont les risques sanitaires spécifiques liés au contact du chien avec le troupeau ?

Un chien de troupeau mal dressé peut avoir tendance à mordre les animaux en particulier au jarret. Ces blessures peuvent s’infecter voire blesser gravement les jeunes animaux. La seule morsure tolérée est l’autodéfense du chien qui se fait charger mais elle n’est jamais localisée à l’arrière de la vache ou de la brebis.

Les chiens pouvant  être les vecteurs passifs de certains microbes résistants dans le milieu extérieur (brucellose, fièvre aphteuse, border disease…), il est important de ne pas les laisser avec  le troupeau en dehors des périodes de travail afin d’éviter qu’ils ne mangent les placentas et d’empêcher leur divagation d’une ferme à l’autre.

Le chien est l’un des hôtes définitif du parasite responsable de la néosporose, cause d’avortement infectieux chez la vache.

Enfin, le chien de troupeau joue un rôle capital dans les maladies humaines liées à certaines larves de vers de la famille du ténia, telles que l’hydatidose et l’échinococcose, qui sont des maladies parasitaires peu fréquentes mais très graves. Quelques mesures d'hygiène et de prévention permettent d’écarter ce risque :

  • Se laver les mains après contact avec les animaux, les déchets ou déjections animales.
  • Eviter de manger des fruits et plantes crus non lavés ou les cuire (la congélation ne tue pas les œufs des échinococcoques),
  • Vermifuger les chiens,
  • Ne pas les nourrir avec des viscères (abats).