Imprimer

picto Prescription et délivrance du médicament vétérinaire en élevage


Le décret du 24 avril 2007 et ses arrêtés de mise en application, mieux connus sous le nom de "décret prescription-délivrance", ont profondément modifié la réglementation sur le médicament vétérinaire en élevage. S'ils ont apporté leur cortège de nouvelles contraintes, ils ont surtout ouvert la voie vers des relations de grande qualité entre le vétérinaire et l'éleveur.


Pourquoi cette réglementation a-t-elle été mise en place ?

 

L'ancienne réglementation sur le médicament vétérinaire précisait que la prescription (la décision d'un vétérinaire de rédiger une ordonnance pour un animal ou un lot d'animaux) devait être réalisée "au chevet du malade". Le vétérinaire devait obligatoirement examiner l'animal.

Il était interdit au vétérinaire de prescrire et délivrer un médicament "au comptoir", sans avoir l'animal sous les yeux. Depuis de nombreuses années, ces règles ne correspondaient plus aux relations habituelles entre éleveurs et vétérinaires. Tout le monde était plus ou moins dans l'illégalité !

Les nouvelles règles donnent la possibilité de prescrire légalement en dehors d'un examen clinique, mais sous conditions.


Quelles sont les règles actuelles ?

 

Désormais, il existe deux possibilités :

  • Soit, comme avant, le vétérinaire se déplace, examine le ou les animaux et rédige une ordonnance. Celle-ci permet à l'éleveur de se procurer le médicament (auprès du vétérinaire qui a rédigé l'ordonnance ou chez un pharmacien),
  • Soit, pour certains médicaments, le vétérinaire peut rédiger une ordonnance sans avoir revu les animaux, à condition qu'il réalise le suivi sanitaire permanent de l'élevage. L'éleveur peut alors se procurer le médicament directement sans que le vétérinaire ait eu à se re-déplacer.


En quoi le suivi sanitaire permanent de l'élevage consiste-t-il ?

 

Selon la réglementation mise en place en 2007, le suivi permanent des élevages comprend :

  • la réalisation de soins réguliers,
  • l'établissement d'un bilan sanitaire annuel,
  • la rédaction d'un protocole de soins,
  • la réalisation de visites de suivi.

Quand ces 4 conditions sont réunies, le vétérinaire peut prescrire sans revoir les animaux.


Qu'entend-on par : Soins réguliers ?

 

Ce sont toutes les interventions courantes de votre vétérinaire : visites d'urgence, chirurgie, plans d'assainissement, autopsies, etc.


En quoi le bilan sanitaire consiste-t-il ?

 

Chaque année, vous programmez avec votre vétérinaire une visite, pour établir ensemble :

  • le bilan des maladies survenues au cours de l'année,
  • les priorités sanitaires de votre élevage,
  • les mesures à mettre en place pour agir sur ces priorités,
  • les autres méthodes de prévention et de soins dont vous aurez besoin en cours d'année.

 

Pour être efficace, cette visite doit être bien préparée. Votre vétérinaire vous demandera de réunir certains documents (cahier sanitaire, bilans du contrôle laitier, résultats d'analyses, etc.) et d'effectuer un pré-bilan, de votre côté, avant la visite.

 

Si votre élevage comporte plusieurs ateliers, vous devez faire réaliser un bilan par atelier (bovins lait, bovins viande, volailles, porcs...).

 

Attention ! Il ne faut pas confondre le bilan sanitaire annuel avec la visite sanitaire biennale, commandée par l'administration pour évaluer l'application de la prophylaxie et de la réglementation sanitaire dans votre élevage. Ce sont deux interventions de nature différente (elles peuvent être éventuellement réalisées le même jour mais l'une ne vaut pas pour l'autre !).


Le protocole de soins : Qu'est-ce que c'est ?

 

C'est un document établi par votre vétérinaire à l'issue de la visite du bilan sanitaire annuel. Pour chaque maladie habituelle ou prioritaire dans votre élevage, le protocole de soins précise :

  • les critères qui vous permettront de la diagnostiquer,
  • les mesures de prévention et de lutte à mettre en place en dehors des traitements (isolement, hygiène, etc.),
  • les traitements à effectuer (nature, durée, méthode de contrôle de leur efficacité),
  • les critères d'alerte au-delà desquels une visite du vétérinaire devient indispensable.

 

Les protocoles de soins sont valables 1 an. Ils doivent être rééxaminés au moins une fois en cours d'année et peuvent être réactualisés n'importe quand, à l'occasion d'une visite de suivi spécifique ou de toute autre visite du vétérinaire.

 

Seuls les médicaments qui correspondent aux maladies décrites dans le protocole de soins peuvent faire l'objet d'une prescription du vétérinaire sans revoir les animaux !

En cas d'apparition d'une maladie nouvelle dans votre élevage, il devra obligatoirement se déplacer pour rédiger une ordonnance. Il pourra alors aussi adapter le protocole de soins, pour la suite, si nécessaire.